• album-cover-1

    C'est drôle ce soir la lune

    E.P. & video

  • album-cover-1

    The last bird

    E.P. & video

  • album-cover-1

    Epure

    Single & video

  • album-cover-1

    Kick Trump to the Moon

    Single

  • album-cover-1

    Clean Hotel

    Single

  • album-cover-1

    Message to Bacteria

    Single

  • album-cover-1

    Retrospective

    Album

<

Ils en parlent

Passage en playlist "Talents Flagrants" de Indeflagration
Passage en playlist "Le radar de Juillet" de aficia

Le Jeune Musical : Avec 'The last bird', on sent les influences de Bashung et Higelin, le texte est en français et nous donne des frissons. L'artiste a du talent. Avec 'les nuages tard le soir', on a la tête dans les nuages, et on dit oui. La voix est belle et totalement envoutante. Un voyage dans l'astronomie imaginaire, un peu féérique. C'est poétique, comme une comptine. Enfin, 'le caillou dans la chaussure' est très électro, taillé pour l'été. On oscille entre chanson française et électro. On aime beaucoup les arrangements de ce titre en douceur...

Indeflagration : La production instrumentale de 'the last bird' est extrêmement originale avec beaucoup d'éléments intrigants. Parfois un peu chargé, mais c'est sûrement l'effet recherché. Les paroles sont effectivement très poétiques, il y a un potentiel de fou. Je reste perplexe et agréablement surpris. On aime beaucoup la production instrumentale de 'les nuages tard le soir', très originale, très bien réalisée. On voit très bien les influences, très cohérentes. Curieux d'entendre la suite...

Sebastien (Longueur d'ondes) : "Une mélodie entraînante. De belles influences."

Récits

box-img
Un grand Merci à Pierre pour la soirée d'hier, un beau concert!
box-img
Merci pour ce beau moment, C'était vraiment chouette (Krysta et Coco panel)
box-img
« The last bird » est le clip accompagnant la sortie de l’EP éponyme de 3.14Air (lire PI-ERRE). Réalisé par Ambre Lardeux, ce clip a été tourné à Brest. « Au hasard d’une promenade, nous avions croisé un oiseau mort et je me demandais ce que nous ressentirions si nous apprenions qu’il s’agissait du dernier oiseau de la terre, c’est comme ça qu’est née cette chanson ». Dans le clip, Ambre Lardeux évoque l’oiseau (plumes, œufs, cocotte en papier) sans le montrer, pour faire ressentir son absence. Elle met en scène 3.14Air qui joue le rôle d’un homme, installé dans la vie, pris entre l’urgence de son travail et celle de la survie de la nature.
box-img

Pour l'enregistrement de "The Last Bird", Théo nous a fait l'honneur de venir poser son son de basse. Merci à lui.
Théo présente régulièrement des compositions sous le label 'PikaFire' sous le pseudo 'L.O.U.R.D'.

box-img

Antonio Damasio est le chercheur qui a réintroduit les émotions dans la grande course à l'explication de nos comportements. Dans ce livre, il défend l'idée que cela remonte à loin, très loin .. aux bactéries.. Ce livre a inspiré "Message to Bacteria"

box-img
Dans la douceur et la belle lumière de ce soir d’été, 3.14Air nous a offert un magnifique RV, tout en douceur et plein de poésie ✨✨✨ Merci 🎈
box-img
Un petit témoignage suite à notre concert au SIAM le 24 Mai Leika + 3.14Air: "Il s'appelle Pierre, du coup il est un peu lunaire, elle s'appelle Caro, elle chante dans la lumière : trouant l'ombre de leurs facéties, ils sont tantôt tendres ou enragés, talentueux et énergiques. Au Siam hier soir, nous étions trop peu nombreux à les écouter, mais nous l'avons fait le plus chaleureusement possible, scotchés par tant de créativité. Ce n'est pas si fréquent d'écouter des gens qui écrivent leurs textes et composent leur musique! La prochaine fois qu'ils jouent, notez la date, vous ne le regretterez pas 😊" Gwenn.
box-img

Musicien et auteur, il a offert un mini-récital de ses chansons aux textes toujours sobres, d’une grande poésie, où se mêle un humour délicat qui n’est pas sans rappeler Yann Tiersen, entre autres. Il chante les arbres (« Je suis un arbre encore debout et j’y serai bien après vous ») mais aussi les animaux et… Le dernier oiseau, le début d’une vraie fin.
Extrait de l'article de Jean Pierre Gaillard, Le Télégramme du 27 octobre 2018.

box-img
Suite au concert à Guisseny,
Michel : Quelles sont tes impressions après ce premier concert solo à Brendaouez?
Pierre : J’ai trouvé ça très positif. J’ai l’impression que les gens ont bien aimé, moi j’ai apprécié le contact et les réactions du public. Ce n’est pas vraiment un échange car je parle et je chante alors que lui écoute et répond de façon plus subtile, par sa présence, mais j’ai l’impression qu’il y avait quelque chose qui passait. Plusieurs personnes m’ont parlé de mes textes et pour moi c’est important, c’est ce qui fait la différence dans mon approche par rapport à d’autres artistes. Je ne suis pas un grand virtuose de la musique. Ce n’est pas là que je peux apporter quelque chose d’original, même si j’ai une formation de musicien.
Michel : Peux-tu parler de ton approche poétique ?
Pierre : Je me laisse surprendre par les mots. Il faut les attraper au bond quand ils surgissent, il faut les saisir même sur un bout de papier ou sur le téléphone car on a là le rythme. C’est souvent quelques mots qui donnent une expérience une sensation.
Michel : Et l’approche un peu surréaliste ? “C’est clair que c’est sombre…”
Pierre : J’aime bien ce type d’association un peu absurde, des contraires ou des métaphores, en poésie c’est un peu la base : décrochez la lune, il veut la lune celui-là. Et maintenant qu’on l’a décroché, elle est là par terre, on en fait une chanson.
Michel : La place dans ton répertoire du sentiment amoureux ?
Pierre : … et puis la mort et l’impuissance de l’homme face à ce qui l’entoure. Tout ce qui nous dépasse et qui ne s’explique pas avec la culture scientifique, le sentiment amoureux et le lien, la séparation aussi parfois.
Michel : Tu testais le côté participatif avec le dernier chant que le public a repris.
“Sans le noir que saurait-on de la lumière, sans le silence que saurions nous de la musique sans les autres que saurions nous de nous, sans vous que saurais je de moi “
Pierre : Ce qui m’a plu, c’est que oui, les gens repris. Je ne savais pas si ça aller ” le faire” , et finalement , si. La nécessité d’avoir l’inverse des choses pour les comprendre, cette dualité : absence/ présence pour comprendre l’importance de ce que l’on vit au présent. Actuellement il y a beaucoup de gens qui ont du mal avec la frustration, cependant elle a un rôle, ne pas avoir ce quelque chose permet de mieux comprendre l’intérêt et le gain quand on l’a, d’apprécier le fait de désirer. C’est un peu bouddhiste comme notion. Apprécier les choses telles qu’on les vit et prendre un peu de recul, ne pas se laisser dépasser par l’émotion.
box-img

Un samedi d'Avril, Ambre est arrivée à la maison. Nous avons posé les micros et les appareils photos. Les prises étaient interrompues par les travaux du voisin, mais il faisait beau quand même. Le soir, c'était bouclé, le montage et le mixage attendraient quelques jours.

box-img

Retrospective est un album regroupant des chansons écrites entre 2011 et 2013 enregistrées à la maison dans les mois ou années qui suivirent certaines sont jouées par LeiKa

Sur spotify ou sur Deezer, on peut aider 3.14Air à se faire connaitre en devenant follower ou "fan"..



Mais vous le trouverez ailleurs aussi ...


3.14AIR (prononcer PI-ERRE) c'est un auteur-compositeur Brestois. Originaire de Picardie, il commença le piano avec l'enfance, au conservatoire de Saint-Quentin. Après sept années de piano classique, il a continué à jouer avec les sons à l’aide de quelques machines mais toujours accompagné de son piano (c’était les années 80/90). Il a composé des instrumentaux et s’est mis au jazz en arrivant sur Brest (1998) avec l’association “ça va jazzer”. De cette association, il garda deux amis avec lesquels il forma le groupe K-Plat composé, au final de 5 personnes (Joël Tanné à la basse, Christian Costes au saxophone, Fred Floc’h à la batterie et Caroline, sa femme, au chant). K-plat proposait essentiellement des reprises (jazz et chanson française). Parallèlement, il couchait ses poèmes sur sa musique. Le groupe a progressivement adopté ses compositions et est devenu Leika (leikabrest.fr) qui alla à la finale du tremplin “pen ar rock” en 2015, ce qui lui permit de se produire, entre autres, sur la scène du Vauban, à Brest. Avec le projet “3.14AIR”, c’est un tournant plus personnel que prend PI-ERRE, osant se mettre sur le devant de la scène en chantant ses propres textes.

Les premiers retours sont plutôt enthousiastes. "il a offert un mini-récital de ses chansons aux textes toujours sobres, d’une grande poésie, où se mêle un humour délicat qui n’est pas sans rappeler Yann Tiersen, entre autres. Il chante les arbres (« Je suis un arbre encore debout et j’y serai bien après vous ») mais aussi les animaux et… Le dernier oiseau, le début d’une vraie fin" (Le Télégramme). Comme il a accumulé différentes compositions, il en a mises quelques unes en ligne dans un album intitulé “Restrospective”. Il publie dans la foulée trois singles (Message to bacteria, Kick Trump to the moon, Clean Hotel) où il montre l’éclectisme de ses compositions et fait chanter sa femme.

En mai 2018, il sort le clip “épure” où Ambre Lardeux le filme “à la maison” au piano. En février 2019, il sort un EP intitulé “The Last Bird” dont un clip, toujours d'Ambre Lardeux, sort en mai 2019. En Juillet , c'est l'EP "C'est drôle ce soir la lune" qui sort accompagné de concerts "solo". Un nouvel EP est en cours de préparation.

Influences: Bashung, Dominique A, Higelin, Arthur H, Souchon, Le Forestier, Bertrand Belin, Barbara, Albin de la Simone, Alex Beaupain, Daniel Darc. Certains disent que sa musique fait penser à Thomas Fersen, Yann Tiersen ou encore Jeanne Cherhal.

Contact Pro

Concerts : 3.14Air aime se produire devant un public. Si vous recherchez de la chanson française originale et un échange avec le public, il peut être une option ;-). Contactez le en envoyant un mail contact
Echanges : Utilisez la même adresse pour tout échange sur mon travail.